S’installer en agriculture

Véritable porte d’entrée pour tous les porteurs de projets en agriculture, le Point Accueil Installation (PAI)  vous accueille, prend connaissance de votre projet, vous informe et vous oriente sur les démarches à suivre et les personnes à contacter en vue de votre future installation.

Découvrez toutes les informations nécessaires, les contacts et des témoignages sur le nouveau site des PAI en Bourgogne Franche-Comté :

 

 www.deveniragriculteurbfc.fr

5 bonnes raisons de devenir agriculteur

Créateur et gestionnaire d’une entreprise : le chef d’entreprise bénéficie d’une grande autonomie dans la gestion de son exploitation et de son emploi du temps. Être son propre patron signifie également avoir des responsabilités.

Polyvalence et diversité des taches tout au long de la journée et de l’année : deux journées ne sont jamais identiques. Outre le soin aux animaux et le suivi des cultures, l’agriculteur assure la commercialisation de ses produits, fait le suivi comptable et administratif de son exploitation…

Proximité de la nature, travail avec le vivant : une grande partie du métier d’agriculteur se passe sur le terrain, en extérieur, à analyser l’avancement des cultures et surveiller le troupeau. L’agriculteur veille également à préserver son environnement ainsi que la biodiversité.

Métier à la pointe de la technologie : drones, robots de traite, guidage par GPS, logiciels de suivi des animaux… sont autant d’outils permettant d’aider au plus juste l’agriculteur dans son travail quotidien.

Acteur du monde rural, créateur d’emploi et de valeur ajoutée sur un territoire, et plus largement de l’économie nationale : devenir agriculteur, c’est participer activement à la vie de son territoire, en s’impliquant dans divers groupements d’agriculteurs et en créant de l’emploi induit pour 7 personnes.

Peu importe l’âge, le projet… depuis le 1er janvier 2015, tous les porteurs de projet ont accès au dispositif d’accompagnement. L’ensemble du dispositif est gratuit pour le candidat, car il est financé par l’Etat ou les fonds de formation VIVEA.

Réfléchir son projet

Des conseillers sont disponibles pour accompagner le porteur de projet dans toutes ses réflexions et démarches à l’installation, qu’elles soient administratives, juridiques ou règlementaires. Tout démarre au Point Accueil Installation (PAI) où le chargé de mission oriente le candidat vers les personnes ressources.

Pour contacter le PAI : 

Elaborer soi-même son programme de formations

Tel qu’il a été revu en 2009, le contenu du dispositif d’accompagnement est désormais « à la carte », d’où son nom « Plan de Professionnalisation Personnalisé » (PPP). Seul un stage collectif de 21 heures est obligatoire. C’est donc le futur chef d’entreprise, aidé d’un conseiller, qui élabore son plan de formation et de stages, évaluant ses besoins par rapport à son projet, ses compétences et son expérience antérieure. Le PPP permet également de repasser certains modules de formations diplômantes pour obtenir la capacité professionnelle agricole, nécessaire pour être éligible aux aides nationales.

Le stage collectif de 21 heures est également un moment clé pour échanger avec d’autres stagiaires et positionner son projet dans la diversité des agricultures. Il permet notamment de mieux connaître son environnement professionnel et de se familiariser avec l’ensemble des démarches administratives.

Expérimenter son projet

Le PPP, c’est aussi la possibilité de « tester » son projet à travers la réalisation de stages dans des exploitations ou des entreprises. Il existe également des stages de parrainage, qui permettent de « tester » ses relations avec son futur cédant ou ses futurs associés.

 La création du PPP est simplement la mise en place d’une proposition du rapport d’orientation 2006 des Jeunes Agriculteurs : valoriser les compétences dans le choix des formations préconisées.

Se former

Toutes les formations réalisées dans le cadre du PPP sont prises en charge par le fonds de formation VIVEA, même si le porteur de projet n’y cotise pas encore. C’est une volonté politique de la part des responsables agricoles de permettre l’accès gratuit aux formations dans le cadre du dispositif d’accompagnement à l’installation. Chaque année, VIVEA prend en charge plus de 5 millions d’euros de formations dans le cadre du PPP. En 2014, 7 124 personnes ont bénéficié de formations.

En moyenne, 34,5 heures de formation sont financées par VIVEA par stagiaire, soit la réalisation d’une à deux formations, en complément du stage 21h.

S’assurer de la viabilité et de la vivabilité de mon projet

L’ensemble du dispositif d’accompagnement, à travers les formations, les conseils, la réalisation du Plan d’entreprise (business plan) permettent aux futurs chefs d’entreprise de s’assurer de la viabilité économique de son projet, mais également de sa vivabilité.

Le dispositif d’accompagnement, c’est un bilan de compétences + des stages  + un nombre de formations illimitées + le Plan d’Entreprise = A moindre frais